Optimisation de la planification précoce et conjointe des congés : un projet-phare

Saviez-vous qu’il existe présentement un projet pour optimiser la planification des congés au CISSS de la Montérégie-Est? Charles Beauchesne, coordonnateur des services hospitaliers à la Direction adjointe en santé physique, faisant partie de la Direction des soins infirmiers (DSI), nous en parle.

Charles Beauchesne, coordonnateur des services hospitaliers à la Direction adjointe en santé physique, sous la Direction des soins infirmiers (DSI)

En quoi consiste ce projet ?
Ce projet, la Planification précoce et conjointe des congés (PPCC), est une pratique adoptée dans d’autres organisations au sein du réseau. Le but de ce projet est de planifier un congé rapide et sécuritaire dans la communauté pour le bien-être de l’usager, tout en prévenant un retour à l’urgence.

La vision est qu’il y ait un impact favorable sur la durée moyenne des séjours et que le recours à un séjour hospitalier pour faire des demandes d’hébergements soit dorénavant un parcours d’exception.

Qui est mis à contribution dans ce projet?
Dans un tel projet d’envergure, l’ensemble des équipes multidisciplinaires et médicales de l’urgence, des unités de soins, du suivi post-hospitalier et même de la communauté doivent être impliquées. L’intégralité de nos processus est entièrement revue pour identifier rapidement les obstacles aux congés et déterminer les actions prioritaires à mettre en place.

Concrètement, quelles sont les actions faites ou à venir?
On revoit actuellement nos méthodes de collecte des données complétées par différents professionnels. L’objectif final est d’en diminuer le nombre afin qu’un seul et unique outil soit utilisé par l’ensemble de l’équipe interdisciplinaire tout au long de l’épisode de soins de l’usager. On doit identifier très rapidement d’où provient le patient, son milieu de vie, quels services reçoit-il actuellement et valider ce qui sera requis en prévision du congé à venir. Chaque membre de l’équipe rapporte l’information au dossier dans l’outil de collecte des données unifié qui est en cours de conception.

Le cœur du projet est la mise en place des rencontres quotidiennes au sein des unités d’hospitalisations de médecine et chirurgie, appelées « rencontres éclair ». Le format et le contenu des rencontres ont été révisés pour plus d’efficacité au quotidien.

D’autres actions sont en cours telles que l’optimisation des aires de départs dans nos trois hôpitaux, la création d’une trousse de départ unifiée pour l’usager et la planification des congés 48 heures à l’avance.

Pour le personnel clinique, ce projet implique quoi?
De questionner, dès le tout début de son épisode de soins, le patient et ses proches sur ses habitudes de vie et ses besoins par le biais d’une collecte des données. On souhaite, à terme, moins de questionnements répétitifs pour le patient et une meilleure coordination avec l’ensemble des professionnels.

Est-ce qu’il y a du soutien prévu aux équipes?
Le soutien des conseillères cadres, des gestionnaires d’unités, médecins, professionnels et autres intervenants est prévu ainsi que d’autres activités de communication et de gestion du changement. La présence d’un chargé de projet de la Direction qualité, évaluation, performance et éthique (DQEPE) soutient le bon déroulement du projet ainsi que le bureau de la performance pour les indicateurs de suivi.

Merci M. Beauchesne de votre collaboration et nous pourrons suivre le projet et ses activités dans les prochains articles du Tour de l’Est.