Le projet pilote de service de sécurité maintenu dans les campus jeunesse

En février 2020, la Direction adjointe du programme jeunesse – volet hébergement, déployait un projet pilote de 7 mois, aux campus de Chambly, Longueuil, Saint-Hyacinthe et Valleyfield afin de valider l’efficacité de développer un service de sécurité à l’interne.

Le projet pilote était réalisé uniquement sur le quart de soir, la période la plus mouvementée de la journée, considérant que tous les jeunes sont présents et actifs dans les unités. Le bilan du projet pilote a été effectué en septembre et fait ressortir des constats intéressants.

Nouveaux postes créés à l’interne
Afin de réaliser le projet pilote, 32 postes d’agents d’intervention ont été comblés. Ces nouveaux agents d’intervention sont des employés du CISSS de la Montérégie-Est.

Nouveau rôle des agents d’intervention
Rappelons que dans le cadre de ce projet pilote, le rôle de l’agent d’intervention en services jeunesse a été revisité afin de mieux répondre aux particularités des services jeunesse. Ainsi, les agents d’intervention qui ont participé au projet ont joué un rôle différent auprès des jeunes :

      • Implication dans le quotidien des jeunes
      • Participation aux activités sportives
      • Présence dans les différentes sphères de la vie des jeunes

Le nouveau rôle des agents d’intervention favorise la proximité dans le quotidien des jeunes et semble faciliter le développement d’une relation de confiance avec les jeunes, ce qui permet de faciliter les interventions. Les agents sont moins perçus comme des « policiers » sur le campus et les jeunes les interpellent par leur prénom. De plus, leur tenue vestimentaire en civil (tenue de ville) plutôt qu’en uniforme officiel d’agent les rend plus accessibles pour les jeunes. Finalement, leur participation aux activités quotidiennes fait en sorte qu’ils sont mieux intégrés au quotidien.

Impacts de la Covid-19
Évidemment plusieurs éléments du projet pilote ont été affectés par la présence de la gestion de la crise sanitaire qui prévaut depuis mars 2020. En raison du confinement, les jeunes étaient présents de jour comme de soir sur les unités. Les agents d’intervention qui devaient partager les repas avec les jeunes n’ont pu le faire en raison des consignes de la santé publique.

Maintien du projet en 2021
Vu les impacts positifs observés, le projet se poursuivra en 2021 afin de :

    • Élargir le déploiement des agents d’intervention le jour.
    • Poursuivre le suivi de l’implantation de l’offre de service et l’évaluation des effets sur une plus longue période.